Mise à jour du 9 avril 2020

Le coronavirus se transmet par contact direct à moins d’1 mètre en face à face d’une personne par les gouttelettes de salive, les éternuements ou la toux ou pendant plus de 15 minutes lors d’une discussion. Il peut également être transmis par le contact des mains non lavées et lors de manipulation de surfaces souillées par des mains sales.
Le virus peut survivre 3 heures sur des surfaces inertes et jusqu’à 6 jours dans des milieux humides.
 
Informations et conseils pour l’ensemble des entreprises
  • Selon les mesures de confinement en vigueur, il convient, pour tous les salariés pour lesquels c’est possible, d’organiser du télétravail à domicile.
  • Dans les entreprises dans lesquelles le télétravail n’est pas possible, il est conseillé que : 
    • les salariés ayant de la fièvre ou qui toussent restent à leur domicile et contactent leur médecin traitant
    • les salariés ne se serrent pas la main, ne s’embrassent pas
    • les salariés toussent ou éternuent dans leur coude
    • les salariés ne se touchent pas le visage
    • les salariés se mouchent dans des mouchoirs à usage unique à jeter immédiatement et se lavent les mains juste après
    • les salariés se lavent les mains au moins une fois par heure au savon et pendant une durée de plus de 30 secondes
    • les salariés soient installés à plus d’1 mètre de distance les uns des autres
    • les surfaces de contact soient régulièrement nettoyées avec un produit adapté (type désinfectant de surface)
    • les salariés ne se regroupent pas pour échanger plus d’un quart d’heure et gardent en permanence les distances de sécurité de plus d’1 mètre
    • les salariés n’utilisent pas un poste informatique à plusieurs
    • toutes les réunions en présentiel soient supprimées
 
NB : Si vos salariés ne peuvent télétravailler, aucun déplacement professionnel ne peut être effectué sans disposer d'un "Justificatif de déplacement professionnel" établi par l'employeur :
 
  • Certains salariés sont particulièrement à risque de développer une forme grave d’infection à COVID-19. Il s’agit des : 
    • personnes âgées de 65 ans et plus 
    • personnes avec antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque
    • diabétiques non équilibrés ou présentant des complications
    • personnes présentant une pathologie chronique respiratoire
    • patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée
    • patients atteints de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) 
  • Sont également considérées à risque de COVID-19 grave, les : 
    • personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise 
    • malades atteints de cirrhose au stade B
    • personnes présentant une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 40 kg/m2) mais aussi une obésité avec IMC > 30 kg/m2 
    • personnes présentant un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie
    • femmes enceintes au 3ème trimestre de la grossesse
L’employeur doit informer tous les salariés des facteurs de risques ci-dessus.
 
  • Si un salarié a des symptômes faisant suspecter une contamination :
Il doit immédiatement rentrer chez lui après avoir prévenu son employeur et appeler son médecin traitant.
L’employeur condamne l’accès des locaux dans lesquels le salarié a travaillé, pendant au moins 3h (délai de latence nécessaire, durée de vie des coronavirus de 3h sur les surfaces sèches).
Au bout de 3h, l’employeur fait procéder à un nettoyage renforcé des locaux et équipements concernés :
  • équiper l’équipe de nettoyage d’une blouse à usage unique et de gants de ménage,
  • nettoyer les sols et les surfaces avec un bandeau à usage unique imprégné d’un produit détergent,
  • rincer à l’eau avec un bandeau à usage unique,
  • laisser sécher désinfecter les sols et la surface à l’eau de javel, diluée selon les consignes indiquées sur l’emballage (il est inutile d’augmenter la concentration), avec un bandeau de lavage à usage unique.
 
Spécificités complémentaires pour les secteurs de soin
 
Outre les mesures barrière préconisées par l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) du 14 mars 2020, visant à protéger les patients pris en charge et les salariés, l’employeur doit informer tous les salariés des facteurs de risque ci-dessus.
Si des salariés pensent faire partie des personnes à risque, ils peuvent se déclarer sur le site https://declare.ameli.fr/ .
 
Pour les soignants en situation de risque de forme grave de COVID-19, lié à leur état de santé, le HCSP (avis du 31 mars) propose les mesures de prévention suivantes
  • évaluation, au cas par cas, par le service de santé au travail pour statuer sur la conduite à tenir, individualisée en fonction de leur situation de santé : exclusion des services à risque de forte exposition, unités dédiées COVID-19, service d’urgence, service de réanimation, service d’accueil, ou réaménagement du poste de travail 
  • éviter au maximum qu’ils soient en contact avec des patients dont le diagnostic biologique n’aurait pas été fait. Ce point est particulièrement important en phase épidémique
  • recommandations renforcées d’hygiène des mains
  • port d’un masque chirurgical toute la journée dans le respect des conditions d’utilisation, de tolérance/acceptabilité, d’intégrité et de changement/manipulation. 
 
Ressources
Consultez le site d’information du Gouvernement ainsi que le Questions/Réponses destiné aux salariés et employeurs
 
 
RAPPEL
Les équipes de l’AIST 21 restent mobilisées, à distance, malgré la fermeture physique de nos centres médicaux, pour vous accompagner pour la continuité de votre activité ou lors de sa reprise.
Ainsi, votre médecin du travail est joignable pour tout conseil au numéro de téléphone habituel http://www.aist21.com/Equipe ou par mail