Définition et arbre de décision (06/09/21)

> Arbre de décision pour identifier un cas contact en entreprise

 

> Définitions (document synthétique de Santé publique France)

 

> Cas contact et vaccination

 

Les définitions des personnes contacts évoluent et prennent désormais en compte le statut vaccinal et immunitaire des personnes (avis du HCSP du 18 juin) :
  • contact à risque élevé
- n'ayant pas un cycle complet de vaccination
- avec un cycle complet de vaccination depuis moins de 7 jours (Pfizer, Moderna, AstraZeneca) ou moins de 4 semaines (Janssen)
- atteintes d'une immunodépression grave nécessitant une 3ème injection même si celle-ci a déjà été réalisée

 Conduite à tenir :
- s'isoler 7 jours (10 jours si vie sous le même toit que la personne positive)
- réaliser un test immédiat + un test à J7 du dernier contact avec la personne positive (J17 si vie sous le même toit)
- informer ses contacts

  • contact à risque modéré = personne avec un cycle vaccinal complet depuis au moins 7 jours (Pfizer, Moderna, AstraZeneca) ou au moins de 4 semaines (Janssen)

 Conduite à tenir :

- pas d'isolement
- réaliser un test immédiat + un test à J7 du dernier contact avec la personne positive (J17 si vivent sous le même toit)
- porter un masque dans l'espace public, informer ses contacts et limiter ses interactions sociales
 

 

> Cas contact (Source : Santé Publique France)
 
En raison de l’émergence et de la diffusion de nouveaux variants caractérisés par une transmissibilité plus élevée, des modifications ont été apportées à la définition d’un contact à risque par rapport à la version du 16/11/2020 :
- les masques grand public en tissu de catégorie 2 ou de masque de fabrication artisanale ne sont plus considérés comme des mesures de protection efficaces, en raison de leur pouvoir filtrant inférieur aux masques à usage médical ou en tissu de catégorie 1 ;
- la distance physique séparant un cas confirmé d’une personne-contact en dessous de laquelle le contact est considéré comme à risque, passe de 1 à 2 mètres.
 

Contact

En l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact :

  • Contact à risque : toute personne
    • Ayant partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable ;
    • Ayant eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée (ex. conversation, repas, contact physique). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace, même en l’absence de port de masque, ne sont pas considérées comme des personnes-contacts à risque ;
    • Ayant prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins ;
    • Ayant partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel …) pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24h avec un cas ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement ;
  • Contact à risque négligeable :
    • Toutes les autres situations de contact ;
    • Toute personne ayant un antécédent d’infection par le SARS-CoV-2 confirmé par amplification moléculaire (RT-PCR, RT-LAMP), test antigénique ou sérologie datant de moins de 2 mois1.

Sont considérés comme des mesures de protection efficaces :

  • séparation physique isolant la personne-contact du cas confirmé en créant deux espaces indépendants (vitre, Hygiaphone®);
  • masque chirurgical ou FFP2 ou grand public en tissu fabriqué selon la norme AFNOR SPEC S76-001 de catégorie 1 ou masque grand public en tissu réutilisable possédant une fenêtre transparente homologué par la Direction générale de l’armement, porté par le cas ou le contact.

Ne sont pas considérés comme mesures de protection efficaces :

  • masques grand public en tissu de catégorie 2 ;
  • masques en tissu « maison » ou de fabrication artisanale ne répondant pas aux normes AFNOR SPEC S76-001 ainsi que les visières et masques en plastique transparent portées seules (pour plus d’information sur la protection conférée par les différents types de masques, voir l’avis du HCSP) ;
  • plaque de plexiglas posée sur un comptoir, rideaux en plastique transparent séparant clients et commerçants.

Ces définitions de contacts à risque ne s’appliquent pas à :

  • l’évaluation des contacts à risque d’un professionnel de santé hospitalier survenus dans un contexte de soins, pour lequel une évaluation spécifique doit être réalisée par le médecin du travail et l’équipe opérationnelle d’hygiène ;
  • l’évaluation des contacts à risque dans le milieu scolaire. Pour plus d’information, consulter le protocole sanitaire de l’Education Nationale et la conduite à tenir en cas de cas confirmé(s) parmi les élèves ainsi que les avis relatifs au milieu scolaire du HCSP.

1 Il s’agit du délai durant lequel le risque de réinfection par le SARS-CoV-2 paraît négligeable à ce jour. Il pourra évoluer en fonction des informations disponibles.

 

Ces définitions sont susceptibles d’évoluer à tout moment en fonction des informations disponibles.